L'usine de dépollution de Chambéry : performances et innovation

L'usine de dépollution (UDEP) de Chambéry d'une capacité de 260 000 équivalents habitants), est composée d'un prétraitement et d'un traitement primaire physico-chimique capables de traiter 8000 m3/h par temps de pluie.

Les travaux de modernisation qui se sont déroulés entre 2009 et 2013 ont permis de reconfigurer le traitement secondaire de la filière Eau constitué aujourd'hui d'une filtration biologique (7 biofiltres) et de développer une filière Boues basée sur la méthanisation et la production de biogaz.

Ce nouveau procédé de traitement permet d'atteindre les performances épuratoires fixées par la Police de l'Eau pour un débit de pointe de 3 500 m3/h avant de rejeter les eaux épurées dans le Rhône, à l'aval d'une galerie de rejet creusée sous le massif de l'Epine en 1980.

Les travaux de modernisation ont permis, en outre, de réduire considérablement l'impact de cette usine dans l'environnement urbain de la zone industrielle de Bissy.

Chaque année, l'UDEP de Chambéry reçoit et traite entre 12 et 13 millions de m3 en fonction des conditions climatiques (impact des réseaux unitaires qui drainent une partie des eaux pluviales).

Cette nouvelle usine est pionnière en matière de la valorisation de l'énergie et des sous-produits issus du processus d'épuration. La moitié des besoins du site en énergie électrique sont produits en interne grâce à la combinaison de plusieurs technologies : photovoltaïque, turbinage de l'eau épurée, valorisation du biogaz issu de la digestion des boues.